Il y a tout juste un an, nous avions commencé cet entretien annuel sur une note positive quand Frédéric Jung, Consul Général de France à San Francisco déclarait « Le déploiement des stratégies de vaccination des Etats américains, dont la Californie, représente un véritable espoir. C’est une lumière au bout du tunnel ».

Douze mois plus tard, même si la pandémie est loin d’être maîtrisée, on peut constater que la situation sanitaire n’est pour l’instant, plus aussi dramatique. Grâce à la recherche et à la vaccination, la lutte contre le virus et ses variants ont fait du chemin.

Cette fois encore, Frédéric Jung a pris le temps de faire une rétrospective de l’année écoulée et surtout, de nous donner les perspectives pour 2022.

Pouvez-vous revenir sur les événements notables de 2021 ?

«La première bonne nouvelle c’est que la vaccination a permis de changer la donne, et de revenir à une certaine normalité pendant plusieurs mois de l’année.

S’agissant du consulat, nous avons pu rapidement recommencer les tournées consulaires en 2021, ce qui est essentiel pour être au plus près des Français de la circonscription ; nous n’avons jamais délivré autant de documents puisque que nous avons remis plus de 4000 passeports en 2021 en comparaison des moins de 3000 remis en 2020. C’est un peu paradoxal, alors que des restrictions de voyage ont un temps empêché la plupart d’entre nous de se déplacer. Je tiens à souligner que les équipes du consulat ont fait un travail formidable.

Nous avons également apporté une aide financière exceptionnelle aux Français qui se sont trouvés en situation de précarité, et de décrochage économique à cause d’une baisse de revenus liée à la pandémie.

Cette aide, qui a représenté 186K€ a bénéficié à une cinquantaine de familles, et est venue en complément des aides fédérales et locales américaines.

Je suis heureux de pouvoir annoncer que cette enveloppe exceptionnelle Covid, sera renouvelée en 2022. Les personnes qui se trouveraient dans une passe difficile peuvent d’ores et déjà nous contacter pour compléter un dossier et nous le soumettre.

Dans la série des bonnes nouvelles, nous avons enfin vu la levée des restrictions de circulation des Etats-Unis en novembre 2021, après de nombreux mois de négociation avec les autorités américaines. Cela a permis aux Français de pouvoir se déplacer à nouveau librement.

Et puis toujours dans cet esprit de reprendre une vie “normale” dès que cela a été possible, nous avons eu le plaisir en juillet 2021, d’accueillir Monsieur Philippe Etienne, Ambassadeur de France aux Etats-Unis. Il a effectué un déplacement de plusieurs jours dans la circonscription afin de prendre la température économique, rencontrer les dirigeants politiques locaux et aussi remettre la Légion d’Honneur au très respecté Thomas Horn, francophile de la première heure et Président de l’Association de jumelage entre Paris et San Francisco.

Pour finir l’année, nous avons eu en décembre la visite de Roland Lescure, Député des Français de l’Etranger pour l’Amérique du Nord et Président de la Commission des Affaires économiques à l’Assemblée Nationale. Lui aussi a tenu à retourner au contact de la communauté dès qu’il l’a pu ».

Comme beaucoup de nos concitoyens, nous nous demandons si les 18 derniers mois ont eu un impact sur la taille de la communauté et sa répartition géographique ?

« Partout dans le monde, la taille de la communauté des Français de l’Etranger a diminué, cette baisse est néanmoins contenue dans notre circonscription. Cela s’explique en partie par le dynamisme économique des entreprises de la Tech qui emploient de nombreux Français.

Au total, nous sommes passés de 30000  à 28000 inscrits au Registre.

En ce qui concerne les différences régionales, on constate un léger déplacement de San Francisco vers le reste de la Baie ou même vers Sacramento. Notre communauté a grossi à Seattle ; “l’exode” dont parlent les médias pour la Baie de San Francisco n’est pas tout à fait exact, en tout cas pour la communauté française.

Et nous devrions voir un flux d’arrivées au moment de la rentrée scolaire de 2022.

Je précise que les échanges universitaires ont repris avec Berkeley et les autres universités car le traitement des visas étudiants était prioritaire.

J’ai aussi le plaisir de vous confirmer que les Volontariats Internationaux en Entreprises (VIE) reprennent aux Etats-Unis ce mois-ci ».

Comme nous le constatons tous, l’enseignement du français est un élément clé pour satisfaire et maintenir une communauté expatriée. Avez-vous des éléments à partager avec nous à ce sujet ? 

« La circonscription compte 11 établissements homologués par le Ministère de l’Education Nationale, et le Lycée Français de San Francisco est le seul établissement conventionné sur le territoire américain.

Etant donné les difficultés d’organisation et les dépenses supplémentaires auxquelles ces établissements ont dû faire face à cause du Covid, je voudrais souligner qu’une aide exceptionnelle d’un montant total de 787.000 euros leur a été allouée en fonction des besoins.

De manière générale, l’enseignement du français est une priorité. Nous avons maintenu le niveau des bourses scolaires pour les ressortissants français en y consacrant un budget de 2 millions d’euros en 2021.

Je précise que les demandes de bourses scolaires pour les enfants français peuvent être déposées jusqu’au 17 février 2022 pour la rentrée 2023.

Nous sommes là pour soutenir la résilience des établissements homologués et le bilinguisme en général ».

2022 va être une année riche en échéances politiques avec l’élection présidentielle et les élections législatives. Pouvez-vous nous dire comment cela se traduit pour le Consulat ?

« Pour commencer, je veux insister sur la nécessité de s’inscrire sur le registre des Français de l’Etranger et la liste électorale et de ne pas manquer de renouveler son inscription au registre tous les 5 ans.

Attention l’inscription sur la liste électorale consulaire doit être faite avant le 4 mars 2022 pour l’élection présidentielle et avant le 29 avril pour les élections législatives mais je conseille à chacun de ne pas attendre cette date. (Toutes les informations concernant les élections à venir sont sur cette page)

Nous sommes la deuxième circonscription des Etats-Unis en nombre d’inscrits, et la plus grande en superficie, avec un territoire équivalent à sept fois la France. Nous allons donc augmenter le nombre de bureaux de vote pour le porter à 15 pour l’élection présidentielle, contre 12 en 2017.

En plus de pouvoir se rendre dans les bureaux habituels, les Français pourront voter à l’urne à Sacramento, à Salt Lake City et auront un bureau supplémentaire à Seattle.

Pour les législatives, il devrait par ailleurs être possible de voter en ligne, si le système est homologué au niveau technique ».

Pouvez-vous nous parler de l’activité économique dans les secteurs où l’on rencontre historiquement beaucoup de ressortissants français ?

« La Tech dans son ensemble va bien et les entrepreneurs français continuent de venir « scaler » ici même si la France fournit maintenant un terrain favorable pour les premières levées de fonds des start-ups. Quand on cherche à accéder au marché américain et à des financements conséquents, San Francisco et la Baie restent la première destination pour faire des levées importantes.

Notez que nous encourageons le retour en France des talents français qui occupent des fonctions de haut-niveau dans les entreprises de la Tech aux Etats-Unis. Dans la plupart des cas, ils ont été exposés à la croissance de leur start-up, savent ce que c’est de recruter à grande échelle, et d’aider une entreprise à grossir. Ils ont les bons réflexes pour alimenter l’écosystème français.

Ce que je vous dis pour les Français est vrai aussi pour les Américains qui voudraient s’installer en France. Pour ces derniers, il existe le dispositif French Tech Visa qui simplifie les démarches administratives de visa pour les individus et leur famille.

Dans les deux autres secteurs où les Français sont les plus représentés, c’est-à-dire l’industrie du vin et l’hospitalité, l’année écoulée a vu des hauts et des bas mais je voudrais parler de deux belles réussites : le fait que le Château Dominus 2018 de Christian Moueix a été élu meilleur vin du monde pour l’année 2021 par le magazine Wine Spectator et que Chef Claude Le Tohic a reçu sa première étoile au Michelin pour One65.

De façon générale, le secteur de l’hospitalité a été très éprouvé mais nous espérons que cela va reprendre d’ici quelques mois.

Pour finir, je voudrais souligner que le secteur de la Recherche se porte bien et que le Service Scientifique du Consulat général soutient de nombreux programmes.

Par exemple, le programme accélérateur « NETVA », animé par le service scientifique, accompagne chaque année des startups deep-tech françaises pour qu’elles se familiarisent au marché américain. Ce programme a par exemple accueilli en 2020 des chercheurs du CNRS dont la startup développait un produit pour coupler des tests médicaux et la diffusion des résultats sur smartphone. Grapheal, la société en question, vient de se voir décerner un Award “Best in Innovation” au CES 2022. Désormais, Grapheal est sur les rangs pour voir son produit homologué par la FDA.

Le Consulat général est aussi très impliqué dans le partenariat entre UCSF et l’Institut Pasteur. Les liens se resserrent actuellement en vue d’une collaboration encore plus étroite ».

Au 1er Janvier 2022, la France a pris la présidence de l’Union Européenne. Cela a-t-il des répercussions sur la circonscription ? 

« Bien que nous soyons loin de l’Europe géographiquement, oui, la Présidence française de l’Union Européenne nous touche directement.

Parmi les grandes ambitions affichées par l’UE, il y a la volonté de mettre en place un “nouveau modèle de croissance” qui regroupe notamment le sujet climatique et un gros volet Tech.

L’Europe veut mettre en œuvre ses ambitions affichées en termes d’émission de gaz à effets de serre, soit une réduction de 55% des émissions d’ici 2030 pour atteindre une neutralité carbone d’ici à 2050.

Cet objectif implique de mettre en place un mécanisme d’ajustement carbone sur les échanges commerciaux aux frontières extérieures de l’UE. Il y aura donc un impact direct sur les échanges commerciaux avec les Etats-Unis entre autres.

Mais le volet qui est encore plus impactant pour nous localement, ce sont deux paquets législatifs qui doivent être votés prochainement par les institutions Européennes : le DMA (Digital Markets Act) et le DSA (Digital Services Act).

  • Le DMA a pour objectif de définir un cadre juridique afin de permettre une concurrence équitable entre les acteurs du marché numérique et d’éviter les situations d’abus de position dominante de la part de certaines grandes plateformes.
  • Le DSA traite du sujet de la modération des contenus en ligne. J’ai été impliqué sur ce sujet dans mon précédent poste. Aux Etats-Unis, la responsabilité juridique des plateformes s’agissant des contenus publiés par leurs utilisateurs est quasiment inexistante. L’Union européenne, elle, avance sur le sujet pour aligner toutes les législations nationales. La responsabilité juridique des plateformes est déjà engagée lorsque des utilisateurs publient des contenus pédopornographiques, et ce à l’échelle des 27 Etats-membres. En 2022, un règlement européen de 2020 entrera en vigueur engageant de la même façon la responsabilité des plateformes sur tout le continent s’agissant des contenus terroristes. Le DSA va étendre encore le champ des contenus qui pourront engager la responsabilité des plateformes, notamment aux contenus haineux. Il s’agit d’une négociation essentielle que nous souhaitons faire progresser pendant la présidence française du Conseil de l’UE.

Le sujet est central de ce côté de l’Atlantique ; les pénalités infligées sont potentiellement très élevées et l’impact sera important pour les entreprises big tech, qui au demeurant appellent de leurs vœux davantage de régulation.

Pour conclure sur la présidence de la France de l’Union européenne, je voudrais ajouter que c’est la République Tchèque qui doit succéder à la France à partir de juillet 2022, mais comme il n’y a pas de Consulat général tchèque localement, la France assurera la présidence locale de l’UE sur toute l’année 2022. A ce titre, nous organiserons des réunions de travail avec des responsables politiques, économiques, culturels, ou de la recherche locaux au cours des douze prochains mois ».

Nous avons également échangé sur les Affaires Culturelles lors de cette interview alors que la Villa Albertine à San Francisco a officiellement commencé à accueillir des artistes français ce mois-ci. Nous aurons l’occasion de partager les informations tout au long de 2022.

Merci Frédéric Jung, Consul Général de France à San Francisco.

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!