Le Roxie Theatre et MidCentury Productions nous proposent un festival qui sort de l’ordinaire… Amateurs de thrillers qui donnent le frisson, de films mi noir-mi horreur, de cambriolages à l’ancienne, et des films teintés de politique, ce festival est pour vous.
Femmes en détresse, femmes fatales, querelles de sang, bandits, petits voleurs, hommes hantés par leur passé : le film noir français des années 60 déborde d’histoires sombres qui vous saisissent à la gorge et et vous tiennent en haleine !

Voici le détail des quatre jours du festival. Un brin nostalgique, mais tellement bon…

Jeudi 14 novembre
LA CORDE RAIDE – Une amante volage (Annie Girardot) est involontairement entraînée dans un projet de meurtre contre son mari (François Perier) par un amant qui pourrait se révéler retors … [ 1960, 79 min]

LA CHAMBRE ARDENTE  Un groupe d’individus très différents, tous avec des arrière pensées, se retrouvent sur un grand domaine français appartenant à un vieil homme. Selon la rumeur, ce domaine est le site d’épisodes de sorcellerie et d’événements surnaturels. Lorsque le propriétaire est assassiné, ils vont chacun avoir une surprise ! Dirigé par le maître du film noir Julien Duvivier. [1962, 110min]

Vendredi 15 novembre
LES FELINS – Le bel Alain Delon est en fuite, et va tomber de Charybe en Scylla quand il s’associe à deux femmes sexy mais dangereuses (Jane Fonda et Lola Albright) dont la cachette est encore plus périlleuse. Réalisé par René Clément. [1964, 97 min]

MALEFICES –  Juliette Greco est mystérieuse, fascinante et peut-être même une sorcière prête à assassiner la femme de son nouvel amant. Toute l’action sinistre se déroule sur une île isolée au nom trop approprié de … Noirmoutier ! d’après un roman de Boileau-Narcejac (les auteurs de VERTIGO et LES DIABOLIQUES) frappe à nouveau ! [1962, 104 min]

Samedi 16 novembre matinée
ON N’ENTERRE PAS LE DIMANCHE Le réalisateur Michel Drach ajoute une romance pluri-culturelle à son film mi noir-mi nouvelle vague, où un jeune écrivain gabonais (Philippe Mory) est exploité, séduit, abandonné et finalement soupçonné de meurtre. Une redécouverte singulière et fascinante ! [1960, 95min]

LE PETIT SOLDAT Jean-Luc Godard mêle amour, guerre et trahison politique dans son second film, censuré pendant trois ans, en raison de sa prise de position sombrement subversive sur le conflit algérien. Anna Karina, du haut de ses 18 ans et alors d’une grande beauté, révèle pour la première fois ses qualités semblables à celles du Sphinx, en tant qu’objet d’amour peu fiable. [1960, sortie en 1963, 88 min]

LES ABYSSES – Le film noir entre dans sur l’univers bestial de Jean Genet dans ce récit déchirant de deux filles qui sombrent dans la folie et le meurtre, après des années de mauvais traitements de la part de la famille qui les emploie. Ce film controversé a été défendu par des intellectuels français qui l’ont forcé à être projeté à Cannes (à une réception tumultueuse). [1963, 90min]

Samedi 16 novembre soirée
SYMPHONIE POUR UN MASSACRE – Cinq gangsters organisent l’achat d’un gros lot de drogues, ce qui devrait être leur dernier gros coup.  Mais une série de trahisons met l’ensemble du projet en péril. Le troisième film de Jacques Deray, magnifiquement conçu, a été un gros succès et l’a établi comme réalisateur de premier plan en France. [1963, 115 min]

HORACE 62 – Récit choquant d’une vengeance de sang menée par deux familles corses vivant à Paris. Charles Aznavour et Raymond Pellegrin sont électrisants en tant que leaders d’une lutte tragiquement irréversible. [1962, 95min]

Dimanche 17 novembre matinée
THÉRÈSE DESQUEYROUX – Georges Franju, avec l’aide de François Mauriac réalisent  un film où la vie des femmes est si étouffée qu’elles envisagent même d’empoisonner leurs maris pour échapper à leur esclavage émotionnel. Emmanuelle Riva est fascinante et Philippe Noiret qui joue son mari… Sordide ! Emmanuelle Riva a gagné le prix de la meilleure actrice au Festival de Venise [1962, 109min]

CONSTANCE AUX ENFERS Michèle Morgan est une veuve solitaire qui est témoin d’un assassinat, et qui tombe amoureuse de l’assassin, ne sachant pas que tout cela est une escroquerie. Un thriller qui fonctionne, tortueux dans un Paris des années 60, où Morgan nous donne toute la gamme de son expressivité. [1964, 88min]

Dimanche 17 novembre Soirée
MELODIE EN SOUS-SOL – Jean Gabin et Alain Delon de Henri Verneuil. Un grand classique dans lequel Verneuil nous conte l’histoire d’un braquage qui se déroule sur la Côte d’Azur, où ces deux partenaires mal assortis tentent de braquer un casino chic. Gabin est pétillant ; Delon est maussade et rêveur : obtiendront-ils le pactole malgré leur incompatibilité ? [1963, 117min]

LA MORT DE BELLE  – Les romans de Georges Simenon explorent souvent des paysages psychologiques désolés : on assiste ici à l’impact étonnant de la suspicion qui ronge un homme innocent (Jean Desailly) pourchassé par la police après le meurtre d’une belle jeune fille qui louait une chambre chez lui. La transformation de Desailly dans le troisième acte est absolument étonnante ! [1961, 96min]

Lundi 18 novembre
LA GUERRE EST FINIE Alain Resnais abandonne son habituelle approche narrative pour une méditation sur la vie des communistes révolutionnaires espagnols à la fin de la guerre. Vu à travers les yeux d’un révolutionnaire prenant de l’âge (Yves Montand), tiraillé entre l’envie de tout abandonner et une liaison avec une belle jeune révolutionnaire (Geneviève Bujold) qui le pousse à “monter les enchères” avec des formes plus violentes d’actes isolés. [1966, 117min]

OBJECTIF: 500 MILLIONS – Bruno Cremer joue un vétéran hanté par les guerres passées pendant lesquelles il a été fait prisonnier (Indochine et Algérie…). Il est approché par une mystérieuse femme (Marisa Mell) pour faire un cambriolage dans un avion préparé ; ce cambriolage a été préparé par l’homme qui a fait mettre Cremer en prison pour crimes de guerre. Cremer accepte le braquage, mais il ne peut pas décider s’il veut l’argent, la femme ou la vengeance contre l’homme qui l’a trahi. «Le dernier film noir français classique» et une collaboration éclatante entre l’écrivain / activiste Jorge Semprun et le réalisateur Pierre Schoendoerffer. [1966, 91min}

Merci Don Malcolm pour avoir projeté 101 films noirs français au Roxie Theatre depuis 2014 ! 

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!