Barrio Manouche est un groupe local, à l’image de San Francisco tel un melting-pot de nationalités : Espagne, France, Québec, Brésil. Il s’est produit au festival Stern Grove le dimanche 11 Août en première partie de Pink Martini. Nous avons rencontré son fondateur, Javi Jimenez ; interviewé seul il a absolument tenu à préciser que « sa vision est de créer un groupe où tout le monde a une voix », il a également insisté pour que l’on nomme tous les membres du groupe :

Javi Jiménez – guitare et chant, Alex Zelnick – guitare, Luis Jiménez – cajón et percussions, Gary Johnson – basse, Cyril Guiraud – saxophones et caxixi , Magali Sanscartier – violon, voix et percussions, Fanny Ara – danse, palmas, castagnettes, Emaye Ama Mizani – danse et percussions.

Evidemment il ne fait pas cela tout seul, mais nous tenions à en savoir un peu plus sur lui et comment il est arrivé ici, comment il a réuni autour de lui ces artistes pour créer ce groupe de Gypsy-Jazz/Jazz-Manouche au dynamisme incontesté et bien connu de notre communauté.

Les débuts :
Javi Jimenez est avant-tout un autodidacte, il commence la guitare à Madrid où il est né. Il reçoit pour Noël une guitare vers ses 12 ans mais ne commence à prendre des cours de guitare classique au centre culturel du quartier, qu’à partir de 14 ans, et son premier professeur de guitare est en fait surtout … accordéoniste ! Et même s’il a des racines andalouses dans sa famille, personne dans son entourage direct n’est musicien. Il poursuit son apprentissage et passe à la guitare électrique à 17 ans où il se passionne pour le rock, pour le punk-rock espagnol et joue dans son premier groupe Ninatax.

LA rencontre :
Il déménage à Barcelone à l’âge de 19 ans où il continue d’étudier la musique plus sérieusement à l’école réputée l’Aula (affiliée á la non moins célèbre Berklee). Pendant 3 ans, il étudie entre autres Coltrane, Dizzy Gillespie, mais l’enseignement académique l’ennuie et le laisse sur sa faim. Il enchaîne aussi les petits boulots et donne des cours de musique, joue dans la rue (il trouve cela dur mais très formateur) et puis il découvre Django Reinhart et cela devient son OBSESSION, sa raison d’être, il est fasciné par le fait que « Django ait transformé ses limitations en génie ».

 

L’exil :
Il rencontre Adam Roach, un américain qui l’initie au blues et il décide de le suivre en Californie pour explorer. Il joue dans plusieurs groupes Jazz manouche dans la region de Fairfax, où il trouve une bonne communauté de musiciens. Il en part au bout d’un an pour finalement y revenir rapidement à un moment où l’Espagne est en crise. Il y rencontre sa femme, Emmeline une française et fonde Barrio Manouche… puis une famille. Il écoute bien sûr tous les grands guitaristes Flamenco Paco, Vicente Amigo… et nous jure que sa fille ne s’appelle pas Lucia à cause de Paco. Avec Cyril Guiraud (le saxophoniste du groupe) de DoubleOone, ils produisent eux-mêmes les albums de Barrio Manouche dans le studio où l’on peut assister aux enregistrements.

Maintenant basé à San Francisco, sa source d’inspiration reste toujours Django en majeure partie, mais il s’inspire aussi de la nature et aime aller se ressourcer au Golden Gate Park et au bord de l’océan… Son ambition est « d’essayer de développer et de contribuer au vocabulaire musical, de manière tout à fait humble » en mélangeant les genres et les gens. D’ailleurs il n’aime pas trop l’étiquette Jazz Manouche / Flamenco fusion, il revendique une importante influence française dans ses compositions, sans oublier les années rock espagnol que l’on retrouve dans le titre Joven.

Vous avez récemment entendu leur nouveau single, reprise de La Foule. Guettez la sortie du prochain album en octobre ; que de chemin parcouru depuis Madrid jusqu’à la première partie de Pink Martini à Stern Grove Festival ! Bravo !

Nous, on aime ce groupe local et on espère que vous les soutiendrez aussi. Olé !

Merci Javi, merci Barrio Manouche