Difficile de ne pas commencer cet entretien avec Frédéric Jung sans parler des récentes intempéries hors du commun ! 

Il nous confirme que “fort heureusement, elles n’ont pas eu d’impact majeur sur notre communauté. Néanmoins, à en croire les services météorologiques américains, ces épisodes de pluie extrêmes devraient se reproduire. Restons vigilants”. Nous voilà prévenus…

Ravis de découvrir les nouveaux bureaux du consulat, nous avons donc passé un peu de temps à parler chiffres, projets, agenda… 

Pouvez-vous nous donner un aperçu des chiffres de la communauté française dans la circonscription ? 

« Après une baisse des inscrits au registre des Français de l’étranger qui sont passés de 30 000 en 2017 à 25 000 fin 2021, on a constaté un rebond général. Cette même tendance a été observée partout aux Etats-Unis.

Nous avons aujourd’hui environ 27 000 inscrits, ce qui fait que notre communauté demeure la deuxième plus importante circonscription française après New York et la 13ème au niveau mondial. 

Et ce n’est pas fini car si beaucoup sont venus ou revenus en 2021, les chiffres ont continué de progresser en 2022.

A ce stade les chiffres de l’emploi sont plus difficiles à évaluer. La Tech licencie actuellement assez largement à San Francisco et à Seattle, et on commence à constater que certains Français sont impactés, mais il est encore trop tôt pour avoir des données précises.

Quant aux Français qui sont dans des secteurs comme la restauration, l’hôtellerie, ou le commerce, ils sont touchés par la situation générale des villes de l’Ouest américain. A ce jour, l’économie de San Francisco par exemple, n’a pas rebondi comme celle des villes de la côte Est. 

Et je vous donne deux chiffres que je trouve éloquents sur San Francisco : le parc de bureaux connait un taux de vacance de 27%… contre 4% en 2019. C’est énorme. Par ailleurs, indépendamment des baux en cours, seuls 40% des bureaux sont occupés dans la ville. Je vous laisse imaginer l’impact sur les commerçants du centre-ville.

San Francisco n’est clairement plus la même qu’avant la pandémie. Heureusement, la ville accueille à nouveau des conférences majeures qui remplissent hôtels et restaurants, par conséquent la vitalité revient mais de façon épisodique ».

En 2022, la vie du consulat a été bousculée tout d’abord par deux scrutins, puis par un déménagement. Voulez-vous nous en toucher deux mots ? 

« Effectivement les élections de 2022 ont été un moment clef pour le consulat. Pour une équipe comme la nôtre qui ne compte qu’une vingtaine d’agents, organiser ces scrutins, c’est un travail herculéen ! 

Avec les deux élections – présidentielle et législative –, nous avons monté au total 52 bureaux de vote dans l’ensemble de la circonscription. Cela a impliqué de réceptionner des palettes de matériel électoral à l’aéroport de San Francisco, de les ramener au consulat, de les répartir et de les réexpédier vers chacun des bureaux de vote à San Francisco, Palo Alto, Berkeley, Sausalito, Sacramento, Portland, Seattle, Salt Lake City et Honolulu.

 C’est un processus artisanal -et rares sont les pays qui proposent un tel vote à l’urne à l’étranger- mais c’est le rituel républicain auquel les Français font confiance.

J’en profite pour remercier les équipes du consulat, les consuls honoraires ainsi que les quelques 230 volontaires qui ont permis la tenue et le bon déroulement de ces élections. 

J’ajoute que la circonscription, qui est pourtant géographiquement très étendue et pour partie rurale, a obtenu le taux de participation le plus élevé des Etats-Unis au second tour de l’élection présidentielle. 

Un mot aussi sur la possibilité de voter par internet, permise par la loi pour les élections législatives. Cette modalité a été un vrai succès ; elle a été plébiscitée par les trois quarts des votants.

Les élections européennes seront la prochaine échéance électorale pour les Français de la circonscription. Elles se tiendront au printemps 2024. Etant donné la législation actuelle, le vote ne sera possible qu’à l’urne ou par procuration.

En ce qui concerne le déménagement du consulat général, c’était effectivement un moment important. Cela a été un peu plus long que prévu car il a fallu concilier les exigences de sécurité du gouvernement français avec les nombreuses normes et réglementations californiennes. 

Nous disposons désormais d’un environnement très apprécié des usagers et des agents du consulat. L’accueil du public est facilité, la salle d’attente est plus spacieuse et plus moderne. 

Nous pouvons désormais mieux honorer les demandes de passeports : l’interface en ligne pour la prise de rendez-vous a été simplifiée, le nombre d’agents pour traiter les demandes renforcé, et bonne nouvelle- il est désormais possible de venir récupérer ses papiers tous les matins de la semaine sans rendez-vous

Pour les Français résidant dans les autres Etats de la circonscription, nous allons plus que jamais multiplier les tournées consulaires. Il est important pour nous d’être au plus près de notre communauté de façon très régulière, dans la mesure de nos moyens bien sûr.

On m’interroge régulièrement sur la possibilité d’obtenir un passeport de façon dématérialisée. Là-dessus je souhaite apporter quelques précisions importantes. C’est bien sûr une perspective réjouissante, surtout dans une circonscription aussi étendue que la nôtre, mais ça n’est malheureusement pas pour tout de suite. L’expérimentation annoncée au Canada et au Portugal n’a pas encore débuté. Ça devrait être le cas au printemps 2023. Il faudra ensuite plusieurs mois pour évaluer si cette procédure fonctionne et si le ministère de l’Intérieur peut envisager son extension. Par ailleurs, cette procédure reposera sur un rendez-vous par visio-conférence sécurisée et ne concernera que les personnes majeures inscrites au registre et effectuant un renouvellement de passeport. L’enjeu est bien sûr de répondre aux standards de lutte contre la fraude les plus élevés. Il faudra donc encore s’armer de patience avant que cette procédure soit une réalité pour nous ».

Le ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications, Jean-Noël Barrot, a fait une visite dans la Baie de San Francisco après le CES. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

« Nous avons été ravis de recevoir Jean-Noël Barrot. Nous n’avions pas eu de visite ministérielle dans la Baie depuis mars 2020.

Ces quelques jours lui ont permis de rencontrer différents acteurs de la Tech, comme Elon Musk avec qui il s’est entretenu des nouvelles législations européennes, votées en 2022 à la Commission Européenne : le DSA et le DMA.

Ce sont des textes qui apportent une meilleure réglementation relative à la modération des contenus, pour le Digital Service Act, et de concurrence plus loyale pour le Digital Market Act. Nous avions évoqué ces projets en 2022 quand la France présidait le Conseil de l’UE. 

Un peu comme le règlement général sur la protection des données (RGPD) nous espérons que le DSA et le DMA adoptés par l’Union européenne feront tâche d’huile de ce côté de l’Atlantique. 

Une visite comme celle-ci permet aussi de montrer à l’écosystème américain de la Silicon Valley que notre pays s’impose comme une nation de l’innovation ; la France compte désormais 29 licornes, et a donc largement dépassé l’objectif fixé en 2019, des 25 licornes à l’horizon 2025. 

Concrètement, il est important que les fonds de capital-risque américains voient que les entreprises françaises représentent des investissements intéressants. La France est reconnue depuis longtemps pour le talent de ses ingénieurs, il est désormais important qu’elle le soit pour le talent et l’ambition de ses entrepreneurs. La France était ainsi la première nation représentée au CES avec 170 startups présentes sur place.

Jean-Noël Barrot est par ailleurs arrivé avec une délégation de startups venues de Paris, qui l’ont accompagné au CES puis à San Francisco, où une rencontre avec des VC de la Silicon Valley a été organisée, avec la complicité de Romain Serman pour la BPI et Reza Malekzadeh pour la French Tech San Francisco. 

A l’occasion d’une rencontre avec les entrepreneurs de la French Tech de la Baie, le ministre a enfin pu rencontrer quelques-unes de nos pépites françaises qui sont parvenues à s’établir avec succès aux Etats-Unis, comme Loft Orbital, DNA Script et autres ». 

L’enseignement de la langue française est toujours un sujet essentiel en 2023 ? 

« Plus que jamais ! Nous avons d’ores et déjà 11 établissements homologués par l’AEFE dans la circonscription, au premier rang desquels le Lycée français de San Francisco, seul établissement des Etats-Unis conventionné par l’AEFE, et nous espérons que cette offre d’établissements homologués sera encore renforcée dans l’année à venir. 

Au-delà de ce premier cercle, nous avons aussi des établissements labellisés, comme la Francophone Charter School d’Oakland. C’est ce deuxième cercle, celui des écoles publiques proposant des programmes d’immersion ou d’enseignement en français que nous souhaitons renforcer. L’objectif est d’appuyer le développement du bilinguisme aux Etats-Unis en dialoguant avec les établissements scolaires et les autorités locales de l’éducation. C’est tout l’esprit de l’initiative “French for All” annoncée par le Président Emmanuel Macron lors de sa récente visite à la Nouvelle Orléans. L’Utah, qui compte le plus grand nombre d’apprenants en français aux Etats-Unis est à cet égard un modèle

Au niveau de la Baie de San Francisco, nous préparons par ailleurs le programme du mois de la Francophonie en mars prochain, et nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des détails.

Quels sont les grands rendez-vous culturels dont on peut déjà parler pour ce début d’année ? 

La Villa Albertine San Francisco, qui fait partie du réseau Villa Albertine depuis un peu plus d’un an, accueillera cette année des figures de proue bien connues ainsi que des artistes montants. L’idée reste de générer des interactions durables avec les artistes et figures locales. L’ouverture de la Saison 2023 de la Villa Albertine San Francisco aura lieu le 25 janvier. Le programme à venir s’annonce passionnant.

Je suis également heureux d’annoncer que la Nuit des Idées reviendra enfin à son format originel qui a fait son succès, avec des milliers de participants qui pourront se retrouver à la Public Library de San Francisco le 4 mars prochain pour échanger, débattre et rêver ! Cela sera à nouveau un moment clef de la saison culturelle de San Francisco.

Merci Frédéric Jung, Consul général de France à San Francisco

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!