Article partenaire écrit par Guillaume Decalf de www.ouifinancial.com : Chaque situation est différente. Ces articles ont été écrits uniquement à titre informatif et les opinions mentionnées ici ne constituent pas des conseils financiers.

Pour ceux qui sont investis sur les marchés ou ceux qui pensaient investir sur les marchés, c’est une période difficile. Cette année, la baisse (-24% pour le SP500 et -32.5% pour le nasdaq-100) est probablement difficile à supporter émotionnellement.

Vous allez voir ce type de chute une fois tous les 7 à 10 ans, donc probablement une dizaine de fois dans votre vie. Ce n’est pas courant, mais ce n’est pas rare non plus. Cette baisse dure, en général de 1 à 3 ans puis les marchés financiers remontent pendant 7 à 10 ans.

Il faut voir ce phénomène comme une excellente opportunité d’investissement et continuer à mettre de l’argent sur vos comptes régulièrement. Ce n’est pas un problème des marchés, c’est une caractéristique des marchés. On ne peut pas faire de bons retours sur investissements sans subir des baisses ici ou là.

Voir votre argent baisser est l’équivalent d’une attaque physique.

Cette « attaque » engage une réponse « fight or flight » pour votre cerveau – Alors quand un investisseur choisit l’option “Flight », il sort des marchés et sécurise. Le problème est qu’en faisant ça, vous avez baissé votre montant d’investissement avec un profil de risque important et que -quand les marchés remonteront, vous aurez un profil de risque moins important donc vous remontrez moins vite.
Si vous sortez votre argent des marchés maintenant, quand vous allez re-rentrer (en attendant -30%, -40% ?)et  que les marchés remontront de 20%, vous aurez perdu 20% de remontée…

Pour conclure, ce qui va décider si vous allez être de bons investisseurs ou pas, est la façon dont vous allez réagir dans les périodes de tempêtes. Pour citer Warren Buffet: « be fearful when others are greedy, and greedy when others are fearful.”.

Pour la partie plus technique, voilà les indicateurs que je suis…

Le niveau du SP 500. Nous sommes (octobre 2022) au même niveau que les plus bas du marché en juin 2022. À l’heure où j’écris ces lignes, le SP500 est plus ou moins autour de 3650. Si les marchés continuent de descendre, le prochain support est à 3400, soit -7% par rapport à aujourd’hui, puis 3000 puis les plus bas du Covid. Personne ne connaît le futur, mais la probabilité que le marché descende à 3400 est plus importante que la probabilité qu’il remonte au plus haut.

Si la guerre en Ukraine s’intensifie notamment avec l’utilisation d’armes nucléaires tactiques ou l’explosion d’une centrale nucléaire, la possibilité d’un crash à 50%+ est plausible. Si l’inflation (hors gaz et pétrole) ne diminue toujours pas, une descente jusqu’à 3000 (-22% par rapport au niveau d’aujourd’hui) est aussi possible. Encore une fois, il faut voir cette possibilité comme une opportunité et non comme un problème !

from https://learn.alphadroid.com/

Le deuxième indicateur que je garde à l’oeil est un indicateur plus technique qui représente le niveau de panique des marchés. Lorsque la panique est au plus haut, c’est que nous sommes, en général, proches du plus bas du marché.

from https://learn.alphadroid.com/

Quel est le pire des scénarios ? Si on compare à 2008/2010 – la plus grosse récession de ces 30 dernières années – voilà à quoi correspondrait le niveau actuel… Ce n’est pas le scénario que je privilégie pour l’instant.

From https://learn.alphadroid.com/

Si vous avez du cash à investir, c’est le moment de le déployer sur les 6 prochains mois sur les marchés. Les perspectives d’investissement sur d’autres supports (immobilier notamment) apparaissent plutôt négatives avec la montée globale des taux et le prix de l’immobilier qui est toujours au plus haut, mais commence à chuter dans certaines villes.

Pour aller plus loin: https://awealthofcommonsense.com/2022/10/getting-long-term-bullish/

Guillaume Decalf de www.ouifinancial.com – info@ouifinancial.com

Après une carrière de 15 ans dans le secteur de la technologie, dont neuf aux États-Unis, Guillaume a changé de carrière en obtenant sa licence de conseiller financier et en créant Oui Financial, une entreprise spécialisée dans la planification financière et les investissements pour les Français et familles Franco-américaines aux États-Unis. Il est basé à San Francisco, Californie, mais sert ses clients partout aux États-Unis.

MerciSF n’est pas responsable des éléments contenus dans cet article.

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!