La Chambre de Commerce Franco-Américaine de San Francisco (FACCSF) a élu deux co-présidents mi-septembre. Voilà une configuration hors du commun pour cette institution présente dans la baie de San Francisco depuis 40 ans maintenant.  

François Gros et Ludovic Ulrich ont donc eu la gentillesse de se rendre disponibles pour répondre à quelques questions afin de nous permettre de mieux appréhender qui ils sont, et quelle est leur vision pour la FACCSF.

Dès le début de la conversation, nous avons compris pourquoi les membres de la FACCSF avaient voté pour ce duo !

Ludovic Ulrich maintenant en charge des partenariats chez Clipchamp, une startup focalisée sur le marché de la vidéo, a passé une grande partie de sa carrière professionnelle dans de très grandes entreprises de la Tech (Microsoft, Salesforce…) et connaît bien la Chambre de Commerce à travers le sponsorship apporté à la FACCSF par Salesforce.

François Gros, lui vient d’une PME beaucoup plus traditionnelle dans l’univers du vin et a utilisé les services de la FACCSF pour s’implanter dans la Napa Valley.

Et, c’est sans hésiter que François Gros nous confie “la FACCSF m’a permis de comprendre les règles, les contraintes pour faire du business en local. En arrivant en 2015, cela a été décisif pour quelqu’un comme moi qui n’avait aucune connaissance de la culture américaine. Depuis cinq ans, la FACCSF m’accompagne dans mes démarches légales, financières et parfois même commerciales alors que le revenu de l’entreprise est passé de $26 à $105 millions. Alors pour moi, prendre ce rôle de co-président est une forme de giveback pour tout ce que la communauté qui gravite autour de la FACCSF m’a apporté.

« Les membres de la FACCSF ont mis en lumière le fait que l’on ne peut pas dupliquer une entreprise entre la France et les Etats Unis. Il faut l’adapter”.

De son coté, Ludovic Ulrich a connu la FACC de San Francisco après avoir été membre de celle de Seattle, et reconnaît avoir appris à travailler avec la Chambre de Commerce en devenant un partenaire “benefactor”. Par exemple, quand la FACCSF a organisé des “learning expeditions” en 2019, Ludovic grâce à son réseau, a pu donner accès à des dirigeants de grosses entreprises aux entrepreneurs venus de France. “Il est important pour des entreprises qui voudraient s’implanter aux Etats-Unis de valider un certain nombre d’éléments de leur go-to-market avant de sauter le pas ».

« Quoi de mieux que de parler avec des dirigeants locaux qui ont une bonne vision du marché, et qui sont au coeur des problématiques locales”.

Une belle complémentarité comme on l’avait deviné avec l’un qui vient du monde de la Tech et l’autre de l’univers du vin, l’un basé à San Francisco, et l’autre dans le comté de Sonoma… 

Mais au-delà de cela, nos fraîchement élus co-présidents de la FACCSF ont bien l’intention de travailler ensemble pour avoir un impact durable sur la communauté de la Chambre de Commerce Franco-Américaine. 

Ils veulent poursuivre la transformation digitale des événements qui, pre-COVID, se passaient en présentiel. Ils ne sont pas à convaincre de l’efficacité des évènements en chair et en os de par leur aspect spontané et convivial, mais finalement ce passage forcé au format digital a été une aubaine : John T Chambers, l’ex CEO de Cisco ne se serait pas forcément déplacé pour parler à la communauté franco-américaine, alors qu’avec la souplesse du format online, il a passé une heure à partager sa vision du business avec plus de 100 participants. 

Même chose pour l’expert en vins Michel Rolland ; le format en ligne a permis à plusieurs dizaines de personnes partout dans le monde de suivre l’événement qui s’est déroulé en mai.

Le numérique permet ainsi à la FACCSF d’accroître son rayonnement au sens large que ce soit dans les domaines de la mobilité, l’aéronautique, la biotech, la medtech, l’industrie de l’alimentation, du vin… et de mieux partager l’information, d’apporter une vision plus globale à tous, y compris en dehors de la baie de San Francisco.

Les learning expeditions, elles aussi changent de format. Ce programme dans son format présentiel étant impossible à mettre en oeuvre en ce moment, la FACCSF a basculé vers un programme 100% en ligne appelé “le Business Booster”. Pendant dix jours, des entreprises qui ne sont pas encore installées aux USA pourront défricher en amont les questions juridiques, comptables, fiscales… La FACCSF sert ici de passerelle entre les deux continents et rempli pleinement son role d’aide aux entreprises de toutes tailles. 

La FACCSF est là aussi pour aider en cas de coup dur. “Quand il y a un problème sur une industrie, on réunit les membres et on tente de trouver une solution. En 2017, nous avons donné 50% des bénéfices de notre gala de levée de fonds (La Soirée) aux sinistrés des feux. Cette année, nous sommes en train de parler de ce que l’on peut faire pour le secteur de la restauration qui est en grande difficulté en ce moment”

François et Ludovic tiennent à soulever leur attention à la diversité. La FACCSF n’est pas un boys club réservé aux hommes. Cette année, le Conseil d’Administration comprend six nouveaux membres dont quatre femmes que l’on retrouve dans les industries du vin, de l’alimentaire et de la mobilité.

Finalement, une initiative qui nous a paru très intéressante à travers l’ancrage de François Gros dans l’industrie viticole : créer des ponts entre la Chambre de Commerce Franco-Américaine de San Francisco et les Chambres de Commerce locales en France. L’idée est de monter des partenariats très ciblés et très concrets car la finalité de la FACCSF est bien d’aider à développer le business de ses membres. Une initiative qui devrait se concrétiser avec Bordeaux prochainement. 

Pour conclure, les co-présidents qui parlent déjà d’une seule voix, considèrent que

“Notre rôle est aussi d’évangéliser la communauté française auprès de l’industrie locale. Nous sommes “franco-américains” pas franco-français. Nous voulons mettre en avant notre fierté d’appartenance à la communauté française dans la région mais nous voulons aussi être inclusif avec la communauté américaine. Nous vivons aux Etats-Unis après tout. Nous devons nous intégrer”

Rappelons que la FACCSF est une organisation à but non-lucratif et que tous les efforts que ses membres font pour la communauté, le sont à titre gracieux. La FACCSF ne fonctionne qu’avec les campagnes de levées de fonds, dont la fameuse Soirée qui a lieu d’habitude en novembre… Le COVID étant passé par là, on est impatient de voir comment elle va se réinventer pour cet événement qu’il sera important de soutenir.

Merci François Gros et Ludovic Ulrich

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!