Le Golden Gate Park fête ses 150 ans cette année, et vous ne le saviez peut-être pas mais on trouve parmi ses 400 hectares, des racines bien françaises !

Ce magnifique parc, dont le projet a démarré en 1870 n’était à l’époque que dunes de sable instables, une sorte de no man’s land bien loin du centre agité de San Francisco.

La population de la ville avait triplé entre 1860 et 1870 et comptait déjà 150,000 habitants. La ruée vers l’or était passée par là, et la municipalité voulait un parc reflétant la prospérité et son rang de 10ème ville la plus peuplée des Etats-Unis.

Golden Gate parkDe forme rectangulaire, le Golden Gate Park ressemble à Central Park à New York mais est 20% plus grand. Il court sur 4,8 km de long et un peu moins d’un kilomètre de large. 

William Hammond Hall s’est vu confier la direction du chantier afin de paysager cet énorme espace. C’était un ingénieur dans le corps de la Marine et il avait donc eu l’opportunité d’observer les paysages de dunes…

Il embauche alors un horticulteur d’origine écossaise du nom de John McLaren pour transformer ces dunes battues par les vents. La première étape a donc consisté à planter des arbres, beaucoup d’arbres afin de stabiliser les dunes qui couvraient les trois quarts de la superficie du parc. 

John McLaren a cultivé des graminées venant de France pendant deux ans afin de transformer le sable en paysage verdoyant. On peut donc dire que le Golden Gate Park a d’une certaine façon, des racines françaises. 

Après ce succès, McLaren a été en mesure d’introduire de nouvelles espèces de plantes et est réputé pour avoir ajouté plus de 700 nouveaux types d’arbres dans le parc en l’espace d’un an. 

En 1875, environ 60 000 arbres, principalement des Eucalyptus globulus, des pins et des cyprès de Monterey avaient été plantés. En 1879, ce chiffre avait plus que doublé pour atteindre 155 000 arbres sur les 400 hectares du parc.

Pour la petite histoire, cet incroyable horticulteur a “régné” sur le parc pendant 53 ans habitant même dans le bâtiment qui se trouve à l’angle de Fell et Stanyan.

Parmi les espaces fleuris notables du Golden Gate Park, on trouve le Shakespeare Garden, le Rose Garden, le Japanese Tea Garden, le Queen Wilhelmina Garden et ses deux moulins à vent… Mais aussi le fameux conservatoire des fleurs ouvert en 1879 et le jardin botanique qui ne compte pas moins de 9,000 types de plantes venues du monde entier. 

Au cas où vous ne les auriez pas encore découverts, vous pourrez voir des bisons dans leur enclos spécialement créé pour eux dès 1891. Un deuxième clin d’oeil français… la première femelle bison de ce parc répondait au doux nom de Sarah Bernhardt !

Prayer's crossAu cours de vos promenades, vous découvrirez aussi des cigognes dans leur nid et des tortues par dizaines sur Stow Lake, ou encore une gigantesque croix de 18 mètres de haut offerte par l’église d’Angleterre perchée sur la plus haute colline du parc.

Et si vous avez l’habitude de venir avec des enfants, notez que le Koret playground près du grand manège, a été le premier playground public des Etats-Unis !

Tout cela fait que chaque année, le Golden Gate Park accueille pas moins de 25 millions de visiteurs, touristes et locaux confondus ! Pas mal pour une ville qui compte moins d’un million d’habitants. Il faut dire que le de Young Museum, et l’Académie des Sciences y sont aussi pour quelque chose.

Et pour finir sur une touche bien française… on voudrait mentionner le Beach Chalet, ce bâtiment de style hispanique situé tout au bout du parc, et qui fait face au front de mer. 

Au delà d’y déjeuner au premier étage en admirant l’océan ou de déguster une bière de sa micro brewery, ne passez pas trop vite dans le hall du rez-de-chaussée ! C’est le bureau d’accueil des visiteurs du Golden Gate Park. 

Golden Gate parkRegardez bien les fresques qui courent sur le mur du fond et dans l’escalier… Elles représentent des scènes de la vie de San Francisco au temps de la Dépression mais surtout elles sont signées par un certain Lucien Labaudt.

Cet artiste français était venu s’installer à San Francisco dès 1910. Bien qu’autodidacte, il a enseigné l’art et est connu pour avoir peint les fresques du Beach Chalet mais aussi pour avoir réalisé celles de Coit Tower !

Alors, le Golden Gate Park n’a-t-il pas un petit quelque chose de français ?

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!