Une phrase rassurante en cette période ce crise de la part d’Emmanuel Lebrun-Damiens, le Consul Général de France à San Francisco…

Quand on est à l’étranger, simple touriste ou résident permanent, on voit le consulat comme une administration qui délivre des passeports, fait la paperasse afin de nous permettre de voter à distance, et qui représente notre beau pays auprès des autorités locales.

La réalité peut être bien différente comme on a pu en juger quand survient une crise comme celle que nous traversons avec le Covid-19 ! 

Emmanuel Lebrun-Damiens fait le point sur l’action récente de ses équipes.

Comment le consulat est-il préparé pour faire face à une telle crise ? 

A l’annonce des mesures de confinement imposées par la ville de San Francisco le 17 mars, puis de l’état de Californie le 23 mars, le consulat est tout de suite passé en mode de télétravail et l’organisation a basculé vers son “organigramme de crise”. 

Cela a permis de gérer d’une part le retour des touristes à qui il était recommandé de rejoindre la France et d’autre part de répondre aux questions des résidents sur l’évolution des vols vers la France et sur les règles qu’allaient éventuellement imposer les Etats-Unis ; le sentiment d’expatriation est décuplé dans les circonstances de crise. 

Nous avons eu aussi à traiter le cas un peu plus délicat des étudiants que nous avons appelés un par un, pour les guider dans leur choix de rester ou de rentrer en fonction de leur couverture médicale locale, de la date d’expiration de leur visa… Et pour les rassurer si besoin.

Il est important de noter que les services du consulat sont entraînés une fois par an avec des exercices de crise très réalistes afin de tester leur réactivité. En 2019, nous avions simulé comment trois consulats (Vancouver, San Francisco et Los Angeles) se partageraient les tâches, et coopéreraient à la suite d’un tremblement de terre dans l’état de Washington ! 

En deux mots, nous sommes préparés à réagir vite. Et je voudrais expressément remercier notre médecin conseil Catherine Collins qui nous apporte son expertise au quotidien.

La cellule de crise a géré plus de 3 000 demandes dont près de 1 000 appels en trois semaines. 

Il reste une vingtaine de dossiers plus complexes à suivre, mais c’est le niveau moyen de cas de protection consulaire à gérer en temps normal.

Existe-t-il un système d’entraide solidaire qui vient renforcer l’action du consulat ? 

Dans ce cas précis, deux associations ont été mises à contribution. La première, mise en place par le Ministère des Affaires Étrangères, s’appelle SOS un toit, et déclenche une chaîne de solidarité pour les personnes qui seraient en manque hébergement pour quelques temps. Elle n’a pas été sollicitée dans la circonscription, les touristes ont réussi à rentrer en France à temps.

La deuxième association qui est déjà intervenue pendant les incendies, c’est le réseau Main dans la Main que je tiens à remercier. Elle a un rôle très important dans ce contexte anxiogène car elle s’occupe des personnes âgées isolées. Le seul fait pour ces personnes fragiles de savoir qu’elles peuvent appeler quelqu’un à tout moment, ou être appelées régulièrement permet de diminuer leur niveau d’anxiété.

On tient beaucoup à avoir un soutien psychologique dans nos plans d’urgence. 

Sachant que l’on compte une population d’environ 60,000 Français dans la baie, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la situation économique et les questions qui vous parviennent ? 

Beaucoup de licenciements, beaucoup de situations dramatiques, en particulier dans l’hôtellerie et la restauration. On essaie d’aider les Français qui sont touchés – employés comme entrepreneurs, à s’y retrouver dans les aides disponibles aux Etats-Unis. 

Dans tous les cas de figure, entrepreneurs comme salariés, ce n’est pas la nationalité qui est le critère d’attribution des aides mais bien le lieu d’immatriculation de l’entreprise pour les premiers, et le contrat de travail pour les seconds. Des aides existent, mais il faut savoir comment les faire valoir. 

On trouve sur notre site beaucoup d’informations pour comprendre, par exemple, comment toucher le chômage selon les états ou encore les détails des dispositifs mis en place par la ville de San Francisco.

Pour les cas les plus difficiles, il est utile de savoir qu’il  existe aussi des aides sociales qui peuvent être sollicitées au niveau du comté. 

Je voudrais préciser qu’en cas de retour en France sans travail, dans le cadre de la loi sur l’état d’urgence sanitaire, le délai de carence de 90 jours habituellement appliqué pour retrouver la couverture médicale française a été suspendu. Par dérogation, les Français expatriés rentrés en France entre le 1er mars 2020 et le 1er juin 2020, et n’exerçant pas d’activité professionnelle, sont affiliés à l’assurance maladie et maternité sans que puisse leur être opposé ce délai de carence. 

Concernant les entrepreneurs, le service économique régional de l’ambassade, et son délégué au Consulat Christophe Barre, ont fait un important travail pour lister les aides disponibles au niveau fédéral, étatique et municipal, et orienter les Français parmi les différentes administrations américaines.

Et pour être un peu plus spécifique, le congrès américain a mis en place le programme CARES. Dans ce cadre, par exemple, le PayCheck Protection Program qui est un programme de prêt, peut partiellement être converti en subventions. Les programmes de la Small Business Administration ont également été renforcés : retrouvez les détails, les numéros de téléphones des différents interlocuteurs sur notre site. 

En parallèle, la BPI met en place des mécaniques spécifiques pour les start-ups françaises immatriculées en France. Cela s’applique, par exemple, dans le cas où un CEO français ou une équipe basée aux Etats-Unis a son siège en France. Il faut dans ce cas s’adresser directement à la BPI.

Qu’en est-il des services consulaires habituels ?

Malgré ce changement plutôt radical d’organisation, les services consulaires fonctionnent et sont pleinement mobilisés pour assurer la continuité du service public. Les guichets sont fermés au public pour les demandes ordinaires mais le consulat est opérationnel. On a tenu la commission d’attribution des bourses scolaires, les certificats de changement de résidence peuvent être faits ainsi que certains actes notariés qui peuvent être exceptionnellement signés en téléprocédure… Concernant les demandes de passeports, seuls les cas urgents sont traités, pas les demandes de renouvellement ordinaire.

Un mot sur les coopérations scientifiques ou les programmes culturels ? 

La coopération transatlantique à l’occasion de la lutte contre le coronavirus, est vraiment extraordinaire. Tous ces partenariats qui ont été développés précédemment au niveau public ou privé, se révèlent extrêmement efficaces et utiles dans le cadre de cette crise. On peut citer l’exemple de QBI et l’Institut Pasteur. On voit le fruit du travail de fond qui est fait en temps normal. 

Quant à l’équipe culturelle, elle adapte sa programmation et revoit son calendrier. Nous restons en lien étroit avec le SFMOMA, la SF Public Library…

Nous avons développé des solidarités suffisamment fortes avec les acteurs locaux pour que l’on affronte les coups durs ensemble. 

En tant que ressortissant français, est-ce que je peux rentrer en France à tout moment ? 

Tous les Français peuvent rentrer en France ainsi que leurs enfants mineurs et leur conjoint même s’il est d’une nationalité différente. La fermeture des frontières ne vaut pas pour les ressortissants français, leur conjoints et leurs enfants. 

Si vous êtes étranger, vous ne pouvez pas aller en France sauf si, par exemple, vous y allez pour aider le système de santé ou participer à des recherches pour la lutte contre le Covid. 

Dans tous les cas, il faut remplir une attestation que l’on trouve en ligne et cocher la case correspondant à votre situation.

Mais attention, tout le secteur aérien est touché. En temps normal, il y a 300 vols par semaine entre les Etats-Unis et la France, aujourd’hui il reste six vols assurés par Air France, trois depuis Los Angeles et trois depuis New York. 

J’en profite pour remercier tout particulièrement Air France qui continue d’assurer des vols avec des tarifs raisonnables bien que les avions ne soient pas pleins. C’est un beau geste de solidarité de la compagnie nationale vis-à-vis de la communauté. 

Un mot personnel pour Tom Walsh, le chef d’escale qui, en collaboration avec ses équipes, a aidé de nombreux français qui se trouvaient dans des situations difficiles, à rentrer en France. 

Un mot sur les élections des conseillers consulaires qui devraient avoir lieu le 16 mai ? 

Elles sont liées aux municipales et ont donc été reportées en juin comme en France. Un rapport doit être rendu en mai sur la faisabilité de ces élections à cette date. Par conséquent, les mandats des conseillers actuels ont été prolongés.

Emmanuel Lebrun-Damiens est comme nous tous, assigné à résidence. Son conseil est d’en profiter pour faire quelque chose que l’on aime, histoire de s’évader par l’esprit au moins une heure par jour. 

 

Merci encore Emmanuel Lebrun Damiens, Consul Général de France à San Francisco

 

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!