Curieuse du fait que l’un des nouveaux mantras de la Tech soit le bien-être des employés, j’ai attentivement écouté ce que Mathilde Collin, co-fondateur et PDG de Front, entreprise implantée à San Francisco et à Paris, avait à dire à ce sujet.

Invitée à la Conférence Startup Grind mi-février à Redwood City, Mathilde Collin a raconté avec beaucoup de sincérité son expérience personnelle d’entrepreneuse. Au début de la création de Front (2013), elle avoue avoir travailler comme tous les fondateurs de startups, sans relâche, et sans pause. 

Lorsqu’il y a trois ans, son co-fondateur est atteint d’un cancer, Mathilde prend conscience de l’importance de prendre soin de sa santé tout en faisant face à une charge de travail supplémentaire et un niveau de stress croissant.

Quelques mois plus tard, les conséquences d’un rythme de travail acharné et d’un grand niveau de stress sur sa propre vie ont un impact direct sur sa santé. Comme elle l’a expliqué, elle décide de prendre de la distance et de changer définitivement sa façon de gérer ses priorités, y compris dans le travail.

Aujourd’hui, elle considère cette prise en compte quotidienne de la gestion de son stress comme un instrument clé pour assurer le succès de l’entreprise et maintenir une équipe cohérente. Elle encourage vivement ses employés à faire de même.

mathilde Collin

photo Lynn Auslander

Lors de ce panel intitulé Founder Development & Wellness: Why the Next Generation of Top Investors Will Care, Mathilde Collin a partagé ses habitudes et ses rituels qui l’aident à tenir le cap d’une vie plus équilibrée.

Méditation matinale quotidienne pour éclaircir la pensée ; prendre conscience de ce qui l’entoure, se féliciter et pratiquer la gratitude ; mieux partager avec ses amis et à sa famille ; rencontrer un coach ; limiter les e-mails, l’utilisation d’applications et l’envie de vérifier constamment son téléphone.

Pour encourager les employés à vérifier leurs téléphones moins souvent, Front offre $200 pour “effets positifs sur leur santé” lorsqu’ils réduisent l’utilisation de leurs téléphones à moins de 14 heures par semaine sur une période d’un mois.

Alors que d’autres panélistes ont noté les avantages de tenir un journal de gratitude pour prendre le temps de remercier ce qui les ont aidé, et mieux assimilé tout ce qui leur est arrivé de positif dans la journée, Mathilde Collin a déclaré qu’elle avait besoin d’adapter cette routine à son emploi du temps chargé.

Elle confie donc s’être procurée un autocollant « gratitude », qu’elle a placé dans sa salle de bain pour lui rappeler chaque matin, d’être reconnaissante pour ce qu’elle a, ce qu’elle reçoit, les personnes qui l’entourent et la soutiennent.

Elle a également suggéré de noter toutes les événements et les actions qui sont créateurs ou consommateurs d’énergie. Cela aide à comprendre comment transformer le négatif en positif. Elle a pris conscience que faire des choses pour lesquelles on est particulièrement doué, vous dynamise. N’oubliez pas que différentes choses fonctionnent pour différentes personnes.

Elle a expliqué qu’en France, il n’était pas rare que tout le monde dans une entreprise prenne soin de lui et ne s’épuise pas. Elle a importé cette partie de la culture d’entreprise française dans la Silicon Valley, trouvant que cela aidait ses employés à être plus heureux au travail et donc à être plus productifs. Elle a également souligné que lors du processus d’embauche en France, la conversation porte aussi sur ce que l’employé veut faire, pas seulement sur ce qu’il sait bien faire, ce qui conduit à instaurer la confiance et le bonheur au travail.

Elle recommande le livre,The 15 Commitments of Conscious Leadership qui encourage les leaders à être ouverts, à continuer d’apprendre, à prendre des responsabilités et à apprécier ce qu’ils ont. Elle insiste sur le fait que les chefs d’entreprise qui rencontrent les membres de leur équipe en tête-à-tête, doivent leur permettre de définir leurs sentiments au travail, ce qui conduit à augmenter la qualité du retour d’expérience des employés.

Chez Front, les conversations de Mathilde Collin avec les équipes et les managers portent aussi sur le thème de la santé mentale. Elle a observé que l’inclure dans les discussions sur le lieu de travail permet à chacun de réfléchir et de demander ce qui peut être mieux fait ; ainsi les employés se sentent mieux soutenus et la communication reste ouverte. Si un manager estime qu’un membre de l’équipe est trop stressé, il peut lui suggérer de prendre une semaine de congé sans e-mail pour rétablir une forme d’équilibre dans sa vie, le sens du travail et le bonheur.

Mathilde Collin a résumé succinctement toute la discussion en une phrase à méditer : « En fin de compte, le travail n’est qu’un travail »

Merci Mathilde Colin pour cet échange éclairé et éclairant car depuis votre conférence j’ai décidé de me concentrer sur ma santé ! Je respire profondément, je médite pour détendre mon esprit, et je suis impatiente de recevoir mon  autocollant de gratitude !

Merci Lynn Auslander

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!