Que ce soit à Oakland ou à Saint-Denis, le paysage urbain se transforme, les villes bougent. Raisons démographiques, politiques ou simplement cours naturel des choses, la transformation est omni-présente et centrale, elle est bien là. Pourtant elle se fait souvent au détriment de l’humain ou dans le meilleur des cas, ne passe pas en douceur.

C’est donc pour dialoguer, débattre et échanger autour de ces défis que le projet de coopération Oakland Saint-Denis a vu le jour. A priori pas grand-chose de commun entre Saint Denis, une banlieue du Nord de Paris et Oakland, une ville périphérique de San Francisco excepté peut-être que ni l’une ni l’autre n’ont très bonne réputation. Challenges démographiques, transports en commun inadaptés, urbanisation par toujours raisonnée, la liste est longue.

Pourtant dans un cas comme dans l’autre, les urbanistes, les institutions et surtout les artistes souhaitent regarder le développement urbain sous un autre angle en incluant leur perspective pour un développement que tous souhaitent plus harmonieux.

Le projet Oakland-Saint Denis a pris déjà plusieurs formes avec des visites des différents acteurs sur le terrain comme celle de Julien Beller, le président fondateur de l’espace 6b de Saint Denis qui est venu à Oakland en 2019. Il y a rencontré les organisateurs de Burning Man mais aussi le directeur du musée d’Oakland, son objectif étant de mieux appréhender les partenariats public/privé et l’impact social dans un urbanisme temporaire.
En retour, le voyage d’exploration de plusieurs personnalités d’Oakland à Paris leur a permis de comparer les initiatives in situ et de participer à des débats avec les institutionnels français en septembre.

Ce projet a démarré il y a plus d’un an maintenant dans le cadre de After Tomorrow, une initiative des Services Culturelles de l’Ambassade de France aux Etats-Unis supportée par le Consulat Général de San Francisco.

Un nouveau volet s’est déroulé à Oakland en novembre 2019. Une délégation française, composée d’universitaires, de professionnels de l’urbanisme, et d’artistes sont venus à leur tour, pour appréhender la réalité du terrain de ce côté de l’Atlantique.

L’ensemble du projet sera doublement documenté : la réalisatrice Camille Servan-Schreiber prépare un court métrage et un collectif produira les carnets d’étonnements pour début 2020.

Projet de longue haleine, Oakland-Saint Denis s’invitera dans l’actualité de la Baie tout au long de 2020. Nous vous tiendrons au courant.

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!