Article partenaire – Chaque situation est différente, cet article a été rédigé à titre informatif uniquement et les opinions mentionnées ici ne constituent pas des conseils financiers. MerciSF n’est pas responsable des éléments contenus dans cet article.

Avoir des enfants aux États-Unis qu’ils soient nés ici ou pas, entraîne un certain nombre de conséquences. Voilà les cinq actions que je conseille à mes clients de faire quand ils ont des enfants.

  1. Faire un testament. Ce document s’occupe des personnes et des biens. C’est probablement le document le plus important. Il va nommer les personnes qui s’occuperont de vos enfants (et vos animaux domestiques) s’il vous arrive quelque chose.

En général, la première personne responsable de vos enfants s’il vous arrive quelque chose sera votre époux(se) mais il faut aussi prévoir le cas où il vous arrive quelque chose à tous les deux.

Si vous ne faites rien, un juge décidera du sort de vos enfants. Il peut très bien décider de les mettre dans une famille d’accueil ici aux États-Unis. Vous ne voulez pas prendre ce risque.

Il existe des sites web de type Legalzoom qui vous permettront de le faire pour très peu d’argent. Néanmoins, le ne les recommande pas car il y a des choses auxquelles vous n’allez pas penser. Embauchez un professionnel, on les appelle Estate Lawyer ici.

Si vous avez des biens en France, je recommande de faire aussi un testament en Français via un notaire.

  1. Faire un trust. Ce document s’occupe des biens (immobiliers et autres). Ce n’est pas seulement pour les personnes riches. Je répète, ce-n’est-pas-seulement-pour-les-personnes-riches. Cette idée reçue a la vie dure !

Sans trust, le transfert de vos biens (comptes-retraites, maison etc.) peut prendre 18 mois à deux ans et coûter entre 5 et 10% de votre patrimoine. C’est ce qu’il se passera si vous ne faites qu’un testament.

Avec un trust, ça prend 6 à 8 semaines en général et coûte 1 à 2% de votre patrimoine.

Le trust n’a pas son équivalent en France et n’est pas reconnu, il ne doit donc ne contenir que vos biens américains.

  1. Faire une Advance Medical Directive. C’est un document important que vous pouvez faire gratuitement et que vous devez transmettre à votre assurance santé. Si, au lieu de mourir, vous êtes dans le coma ou incapable de prendre des décisions, ce document donnera des indications aux docteurs sur vos volontés. Pour plus d’information, vous pouvez regarder ce pdf.

Vous pouvez télécharger l’advance medical directive de votre État ici.

  1. Power of Attorney. C’est un document qui vous permet de donner pouvoir à une personne qui pourra prendre des décisions à votre place si vous n’en n’êtes plus capable.
  2. Life Insurance. A ne pas confondre avec le terme assurance vie en France. Une life insurance, c’est une assurance décès. Que se passera-t-il financièrement, pour votre famille s’il vous arrive quelque chose ? Je fais ce calcul avec mes clients en prenant en compte l’âge des enfants, le fait d’avoir un prêt immobilier ou des dettes, les dépenses moyennes du ménage et d’autres paramètres.

Faites attention au whole life insurance, souvent plus chère sur le long terme et avec de meilleures commissions pour l’assureur. Je recommande très rarement ce type d’assurance (quelquefois dans le cas où l’un des époux ne travaille pas).

Je lui préfère une term life insurance, moins chère.

Guillaume Decalf de www.ouifinancial.com – info@ouifinancial.com

Après une carrière de 15 ans dans le secteur de la technologie, dont neuf aux États-Unis, Guillaume a changé de carrière en obtenant sa licence de conseiller financier et en créant Oui Financial, une entreprise spécialisée dans la planification financière et les investissements pour les Français et familles Franco-américaines aux États-Unis. Il est basé à San Francisco, Californie, mais sert ses clients partout aux États-Unis.

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!