Walter Jaye et son épouse, le 25 août 2019. Photo par Marie-Pierre Ulloa

Il y a 75 ans, le 25 août 1944, des résistants français, des soldats américains et alliés, des exilés républicains espagnols et d’autres libéraient Paris de nombreuses années d’occupation nazie.

L’un de ces héros était Walter Jaye, vivant maintenant à Menlo Park, né Walter Jakubowski, en 1925 à Berlin.

Pendant la guerre, Walter Jaye avait trouvé refuge dans la communauté huguenote de Le Chambon-sur-Lignon après l’assassinat de ses parents à Auschwitz en 1942. Caché par des membres de la Résistance lors de raids policiers à Vichy, qui l’avaient aidé à s’échapper de la France occupée en décembre 1942. Il put s’enrôler dans l’armée française libre à Londres en mars 1943 en tant que Wilfred Janey.

Il fut membre du régiment de chars 501, appartenant à la 2ème division blindée de l’armée française libre, une unité équipée et incorporée à l’armée américaine, au sein de la troisième armée du général Patton.

Il débarqua en Normandie le 1er août 1944 dans le cadre de la force d’évasion exploitant la percée que la première armée avait effectué dans les lignes allemandes. Il travaillait comme opérateur radio et communicateur sur le half-track qui servait de centre de communication pour un commandement de combat. Sa division a combattu à Ecouché, en Normandie, et était au combat tous les jours. Après dix jours acharnés et féroces, ils ont reçu un message qui leur a procuré une grande joie : «Avancez vers Paris».

Selon ses propres mots, « la libération de Paris le 25 août 1944 n’a pas été facile ; nous avons subi de lourdes pertes, mais mon régiment a été le premier à atteindre tous les lieux célèbres du centre-ville, et nous avons pris Dietrich von Choltitz, général allemand. Nous étions au combat presque tous les jours jusqu’à la libération de Strasbourg le 22 novembre, suivi de la bataille d’Alsace au cours de l’hiver le plus froid depuis des décennies sans vêtements adéquats. Nous sommes arrivés au nid des Aigles d’Hitler au-dessus de Berchtesgaden le 7 mai 1945, pour fêter la guerre près de Salzbourg en Autriche « .

À ce moment-là, il avait reçu plusieurs fois la décoration de la croix de guerre. Soixante-dix ans plus tard, en 2015, le Président de la République lui a décerné la Légion d’honneur pour service militaire, grâce à l’intercession de Marie-Pierre Ulloa, chercheuse à Stanford, qui a mené avec ses étudiants un projet d’histoire orale disponible en ligne : « The Lives of Walter Jaye « .

Merci Walter Jaye, Merci Marie-Pierre Ulloa

Subscribe To Our Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos de MerciSF

You have Successfully Subscribed!